CINÉMA SORTIES

Les sorties ciné du 23 janvier

Le road-movie est à l’honneur pour cette semaine de sorties ciné

Thérapie par la route pour les sorties cinéma de cette semaine. Au programme plusieurs road-movies heurtent les écrans, qu’il soit doux, dangereux ou cathartiques, le périple entrepris changera nos personnages.

LA MULE – Clint Eastwood

À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain.

Le film signe le retour d’Eastwood devant et derrière la caméra depuis l’excellent Gran Torino sorti en 2009. On y retrouve également Bradley Cooper, que le réalisateur avait dirigé en 2015 dans American Sniper et pour lequel il avait été nommé aux Oscars.

GREEN BOOK Sur les routes du sud – Peter Farrelly

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip (Viggo Mortensen), un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley (Mahershala Ali), un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.  

C’est ici l’occasion de voir le duo charismatique que forment Viggo Mortesen et Mahershala Ali -qui a reçu le Golden Globe du meilleur acteur dans un rôle secondaire récemment- dans un road movie engagé qui nous ouvre une nouvelle page douloureuse et touchante de l’histoire.

CONTINUER – Joachim Lafosse

Sibylle, mère divorcée, ne supporte plus de voir son fils adolescent sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va jouer leur va-tout en entraînant Samuel dans un long périple à travers le Kirghizistan. Avec deux chevaux pour seuls compagnons, mère et fils devront affronter un environnement naturel aussi splendide qu’hostile, ses dangers, son peuple… et surtout eux-mêmes . 

Après Le Grand Bain sorti en 2018, Virginie Efira revient en mère aux méthodes extrêmes pour notre plus grand plaisir. Ce film, tourné en décors naturels, est l’adaptation du roman Continuer de Laurent Mauvignier.


YAO – Philippe Godeau

Depuis son village au nord du Sénégal, Yao est un jeune garçon de 13 ans prêt à tout pour rencontrer son héros : Seydou Tall, un célèbre acteur français. Invité à Dakar pour promouvoir son nouveau livre, ce dernier se rend dans son pays d’origine pour la première fois. Pour réaliser son rêve, le jeune Yao organise sa fugue et brave 387 kilomètres en solitaire jusqu’à la capitale. Touché par cet enfant, l’acteur décide de fuir ses obligations et de le raccompagner chez lui. Mais sur les routes poussiéreuses et incertaines du Sénégal, Seydou comprend qu’en roulant vers le village de l’enfant, il roule aussi vers ses racines.

Omar Sy a mis beaucoup de lui dans le scénario de Yao, qu’il a travaillé en grande proximité avec le réalisateur Philippe Godeau. Les deux hommes ont d’ailleurs dédié le film à leurs pères.

LA HAINE QU’ON DONNE – (THE HATE U GIVE) George Tillman Jr.

Starr est témoin de la mort de son meilleur ami d’enfance, Khalil, tué par balles par un officier de police. Confrontée aux nombreuses pressions de sa communauté, Starr doit trouver sa voix et se battre pour ce qui est juste.

Le film traite des violences policières raciales aux Etats-Unis, pour des préoccupations on ne peut plus actuelles. Starr constitue le point de vue direct du témoin d’un meurtre et se fait le symbole d’une jeunesse qui n’a plus confiance dans les institutions de son pays. Il s’agit de l’adaptation du livre d’Angie Thomas publié l’année dernière, La haine qu’on donne

Laissez un commentaire

*