Livres

Vos 3 livres de chevet à vous emparer à la rentrée

On annonce 589 romans pour septembre. Que de lectures en perspective ! Que choisir parmi tous ces titres ? Je vous propose une première sélection. Dans des registres différents mais promettant à chaque fois, un moment de lecture savoureux.

« Camille, mon envolée » : écrire pour faire face à la douleur

Une mère dit au revoir (adieu ?) à sa fille de 16 ans, emportée par une fièvre délirante de 4 jours. Sophie Daull, l’auteure, est comédienne. Sa recherche de lettres, de mots, de sons l’amène tout naturellement à écrire ce livre. Ce n’est pas un roman. C’est un cri. Une béquille. Pour rester debout. Pour continuer après la mort brutale de Camille. Sophie Daull a éprouvé ce besoin d’écrire pour apprendre à vivre sans sa fille, pour se souvenir d’elle, toujours. Un extraordinaire texte d’une grande pureté, poétique mais convoquant l’humour aussi parfois. Pas de pathos. Non, un très bel hommage.

Informations pratiques :
« Camille, mon envolée », de Sophie Daull.
Disponible chez Amazon juste ici à 16€.

« Juste avant l’Oubli » : résoudre une énigme sur une île perdue

Un huis clos sur une ile des Hébrides. Un colloque universitaire auquel assiste Emilie, commençant une thèse sur le fameux écrivain Galwin Donnel mort mystérieusement sur cette même ile – il aurait sauté d’une falaise. Depuis le drame, le bout de terre est isolé du monde, sans aucun habitant hormis un étrange gardien du sanctuaire. Franck le compagnon d’Emilie la rejoint sur cette terre déserte, espérant la convaincre de vivre avec lui. Et là, on assiste à des comportements étranges. Les personnages ambigus sèment le trouble. Le mort, un peu trop présent, s’immisce dans le jeune couple. Ambiance lourde. Un formidable roman noir digne des romans d’Agata Christie.

Informations pratiques :
« Juste avant l’Oubli », de Alice Zeniter
Vous pouvez vous le procurer sur Amazon à 19€ par là. 

 

« Le crime du comte de Neville » : Lire le dernier de Amélie Nothomb

Et pour terminer, Amélie Nothomb. La célèbre auteure belge accompagne chaque rentrée littéraire. Ce 24ème roman s’inspire de la figure paternelle. Sur la quatrième de couverture, une citation : « ce qui est monstrueux n’est pas forcément indigne ». Différent, non autobiographique, inspiré par Oscar Wilde. Selon les uns, il ne convoque pas les ingrédients du roman réussi : personnages peu fouillés, intrigue légère, fin précipitée. Mais d’autres affirment qu’il s’agit bien là d’un livre savoureux.

Laissons-nous donc porter par cet aristocrate ardennais ruiné, se voyant prédire par une voyante qu’il deviendrait un assassin lors de la dernière réception organisée dans son château. Il va prendre au pied de la lettre cette funeste vision… Jugeons ensuite par nous-mêmes !

Ce que l’on va de toute façon retenir, c’est que désormais, Amélie Nothomb peut écrire sur l’aristocratie en toute connaissance de cause puisqu’elle a été nommée baronne par le Roi Philippe, pour sa participation au rayonnement de la Belgique.

Informations pratiques :
« Le crime du comte de Neville », de Amélie Nothomb
Par ici pour vous le fournir chez Amazon à 15€. 

Auteur : Marie-Pierre Darfeuille-Mouzac.

Sources Images : Sophie Daull – Livres Hebdo, Camille mon envolée – Philippe Rey, Alice Zeniter – Ma rentrée Litteraire, Juste avant l’oubli – Calaméo, Le crime du comte de Neville – Book Node, Amélie Nothomb – Citizenzoo, chemin de livres – Dollars store mom, Livre papillons – Alix et Alex.

Laissez un commentaire

*